Coutier Angers : la concurrence fait rage dans l’immobilier

Encore peu répandu il y a quelques années, le métier de courtier en crédit immobilier s’est depuis largement « démocratisé ». Mieux encore, alors que seuls quelques avertis osaient faire appel au service de ces professionnels, nombreux sont celles et ceux qui décident de faire appel à un courtier pour tenter d’obtenir les meilleures conditions possibles dans le cadre d’un achat immobilier.

Et si les courtiers sont aujourd’hui présents sur l’ensemble du territoire, implantant principalement leurs cabinets dans les moyennes et grandes villes, certains secteurs géographiques font face à une forte concurrence. Régulièrement en première position du classement des villes françaises où il faut bon vivre, Angers n’échappe pas à ce phénomène. Ainsi, le métier de courtier à Angers devient plus concurrentiel que jamais.

Courtier angevin : une concurrence nouvelle résultant d’un secteur en pleine reprise…

En berne pendant une longue période, les secteurs de l’immobilier et de la construction ont repris des couleurs dès les années 2015 et 2016, portés notamment par des taux d’emprunt atteignant des niveaux historiquement bas, ainsi que des dispositifs gouvernementaux incitant à l’acquisition, à l’instar du dispositif Pinel.

Le métier de courtier immobilier n’est évidemment pas né de ce contexte, et des acteurs « historiques » étaient déjà en place à Angers, tels que l’agence LG Courtage ou des réseaux d’agences comme Cafpi par exemple. Néanmoins, profitant d’un secteur en pleine reprise, de nombreux nouveaux acteurs sont venus grossir les rangs des courtiers à Angers. On peut ainsi citer Arnaud Lemasson qui faisait alors office de nouvel arrivant dans le secteur.

Dans un contexte où le nombre d’acquisitions et de demande de rachats de crédit a explosé, tous les courtiers angevins ont pu tirer leur épingle du jeu et développer leur activité dans un contexte porteur. Toutefois, et il fallait s’en douter, une telle situation ne pouvait durer.

Les courtiers d’Angers face à l’incertitude de l’évolution de crédit immobilier

En effet, la crainte de voir remonter les taux historiquement bas de 2015 et 2016 à inciter de nombreux acquéreur et demandeur de renégociation de taux à agir vite et à lancer leurs actions dès ces années ou peu après. Et de ce fait, la demande s’est ensuite progressivement tassée. Or moins de demandes rime avec plus de concurrence entre les courtiers d’Angers pour décrocher de nouveaux clients.

Au-delà de ce premier phénomène, il plane également une incertitude sur l’évolution à venir des taux d’emprunt immobilier. En effet, on annonce régulièrement la remontée prochaine de ces taux. Mieux encore, la récente remontée des taux directeurs de la FED (la banque centrale américaine), au détriment des requêtes de Donald Trump, fait craindre une remontée des taux directeurs de la BCE (Banque Centrale européenne), et à terme, une remontée des taux d’emprunt pour les particuliers. Ce phénomène peut avoir tendance à freiner les demandes des acquéreurs.

Ainsi, bien que les taux de crédit immobilier actuels restent particulièrement attractifs (la moyenne nationale s’établit à 1,60% sur 20 ans et le baromètre des notaires table même sur un taux moyen de 1,51% pour la région angevine), le vivier des demandeurs s’est peu à peu réduit, et la crainte d’une remontée des taux tend à freiner l’activité, au détriment des courtiers eux-mêmes qui doivent « se battre » encore plus pour capter de nouveaux clients.

Qui du marché immobilier à Angers

Malgré ce contexte et ces constats, le marché immobilier à Angers n’est pas en berne. La cité angevine attirant toujours plus d’acheteurs, les prix ont même progressé de 2,6% en 2017, témoin de dynamisme de ce secteur. Et sans surprise, ce sont les quartiers du Centre ville et de la Doutre qui enregistrent les prix moyens au mètre carré les plus élevés à près de 2000€ du m² pour le second et plus de 2150€ du m² pour le premier.

Il reste donc des opportunités pour être courtier à Angers. Le défi désormais, pour ces professionnels, de communiquer pour se faire connaître, de s’affirmer et de montrer la primauté de leurs services par rapport aux concurrents. Une « bataille » dans laquelle les gros acteurs, souvent présents dans bien d’autres villes, bénéficient d’un avantage notamment en matière de notoriété et de visibilité.

Et si nous avons choisi le prisme angevin pour traiter de la concurrence dans le secteur du courtage immobilier, le constant est bien souvent identique dans les grandes villes de France.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *