Déconfinement : un nouveau souffle pour les promoteurs à Toulouse ?

Après 7 semaines de confinement en raison de l’épidémie de coronavirus, la majeure partie des Français ont pu retrouver un semblant de normalité, ne serait-ce que dans leurs déplacements ou la possibilité de se rendre sans contraintes dans les espaces verts. Or ce dernier élément, parfois anodin pour les citadins, s’est révélé essentiel en période de confinement, et a fait naître chez les acquéreurs de biens immobiliers un réel désir d’espaces extérieurs, en particulier dans les grandes villes où ils peuvent se faire rares, par exemple à Toulouse.

Le coronavirus dope le désir de maison au profit des zones périurbaines

Si le rêve numéro des Français était depuis longtemps déjà la propriété d’une maison, ce rêve s’est affirmé plus fortement encore au cours des dernières semaines. De plus, la mise en place à large échelle du télétravail à montré à de nombreux Français qu’il était tout à fait possible de travailler à distance au moins une partie du temps, et donc de ne pas se rendre au bureau chaque jour.

Ainsi, les Toulousains seraient de plus en plus nombreux à accepter de s’éloigner de leur travail, de s’éloigner du centre de Toulouse et d’augmenter un peu le temps de transports s’ils avaient la possibilité d’acheter une maison et donc de profiter d’un cadre de vie plus agréable.

Une opportunité pour les immobiliers toulousains

De fait, avec une telle évolution des critères d’achat, ce n’est pas le centre de Toulouse qui devrait bénéficier de cette tendance, mais bien les proches communes de Haute-Garonne dans lesquels les promoteurs proposent des maisons neuves avec jardin, Ainsi, par exemple, Vigoulet-Auzil, Castelmaurou, Auzeville-Tolosane, Eaunes ou encore Saintes-Foy-d’Aigrefeuille pour ne citer qu’elles, des communes aux portes de Toulouse dans lesquelles les Toulousains trouveront peut-être leur future bonne adresse.

Une réelle opportunité donc, pour les promoteurs immobiliers proche de Toulouse qui proposent des maisons individuelles à la vente, là où, pour les spécialistes des logements collectifs, la situation pourrait être plus complexe, même si l’on peut sentir un intérêt pour les appartements avec terrasses et balcons qui constituent déjà un luxe dans certaines grandes villes, car ils offrent la possibilité de ne pas vivre constamment enfermé.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *