Comment choisir sa cuve de stockage d’eau ?

Récupérer l’eau de pluie est un excellent moyen de faire des économies tout en protégeant l’environnement. Découvrez dans cet article comment bien choisir le type et le volume de votre cuve de stockage, en fonction de vos besoins.

Choisir le type de cuve de stockage

Pour récolter et stocker la pluie avec une citerne à eau, vous avez le choix entre plusieurs types de dispositifs. Tout d’abord, les cuves aériennes ont pour avantage d’être très faciles à installer. Elles peuvent être placées en intérieur comme en extérieur. Fabriquées en PEHD (Polyéthylène Haute Densité), elles sont légères, robustes, et hautement résistantes aux UV. On les utilise surtout pour un usage extérieur. Les cuves enterrées, quant à elles, sont plus compliquées à installer car il faut excaver le sol afin de créer la fosse d’enfouissement et les tranchées pour les canalisations. En revanche, elles sont plus discrètes : seul le couvercle reste visible. On privilégie souvent ce type de récupérateur pour stocker de grands volumes d’eau, de plus de 2 000 L. On les utilise aussi bien pour un usage extérieur qu’intérieur. Enfin, il existe un troisième type de cuve, plus rarement utilisé : les citernes souples. Ces réservoirs se présentent sous la forme d’une grande poche en polyester, qui se gonfle au fur et à mesure qu’elle se remplit d’eau.

eau de pluie

Définir vos besoins en eau de pluie

Vos besoins annuels en eau de pluie vont dépendre de l’utilisation que vous souhaitez en faire. Vous pouvez utiliser cette eau pour un usage extérieur (arrosage du jardin, nettoyage de la voiture ou de la terrasse, etc.) ou intérieur (chasse d’eau des toilettes, machine à laver, etc.). Il est cependant à noter que la réglementation est assez stricte en ce qui concerne l’usage domestique de l’eau de pluie. Le réseau d’eau de pluie doit être distinct de celui d’eau potable, et tout raccordement entre les deux, même temporaire, est interdit. De plus, une plaque portant la mention « eau non potable » doit être apposée à proximité de chaque point de soutirage d’eau de pluie. Voici quelques chiffres qui vous permettront d’estimer vos besoins annuels.

Les besoins en eau pour un usage extérieur

Pour arroser votre jardin, vous aurez besoin d’entre 15 et 20 L d’eau par m² et par an. Pour nettoyer votre voiture, il vous faudra entre 100 et 200 L d’eau à chaque lavage. Enfin, si vous souhaitez utiliser l’eau de pluie pour nettoyer votre terrasse, votre mobilier de jardin ou vos murs, un nettoyeur sous pression utilise environ 300 L par heure.

Les besoins en eau pour un usage intérieur

Les besoins d’eau de pluie en intérieur dépendent principalement du nombre d’habitants. Pour la chasse d’eau des toilettes, il faut compter 3500 L par personne et par an. En ce qui concerne les machines à laver, chaque cycle consomme entre 40 et 120 L d’eau en fonction de la classe énergétique de l’appareil. Ainsi, en considérant environ un lavage par semaine et par personne, il faut prévoir entre 2500 et 6500 L par an et par personne.

Estimer la quantité d’eau récupérable

Il y a trois facteurs principaux qui vous permettront d’estimer la quantité d’eau de pluie récupérable par an :

  • La pluviométrie (en mm par an), c’est-à-dire le cumul annuel des précipitations. Pour connaître la pluviométrie de la région où vous habitez, vous pouvez consulter les cartes météorologiques.
  • La surface de la toiture (en m²) alimentant la gouttière à laquelle sera raccordée la cuve de stockage.
  • Le type de toiture : on peut récupérer en moyenne 60 % de l’eau tombée lors d’une averse sur une toiture plate, et entre 80 et 90 % sur une toiture en pente. Ce pourcentage est appelé le coefficient de perte.

Pour calculer le volume d’eau de pluie que vous pourrez théoriquement récupérer en un an, il suffit simplement de multiplier la pluviométrie par la surface de la toiture et par le coefficient de perte. Par exemple, si vous habitez en Île-de-France (pluviométrie de 650 mm par an) dans une maison avec un toit de 50 m² en pente (coefficient de 80%), vous pourrez récolter 650 X 50 X 0,8 = 26 000 L d’eau par an.

eau de pluie

Déterminer le volume de la cuve

Grâce à l’estimation de vos besoins et de la quantité d’eau que vous pouvez récolter en un an, vous allez pouvoir choisir le volume de votre cuve. On trouve sur le marché des citernes allant généralement de 200 à 25 000 L, parfois même plus. Vérifiez tout d’abord que vos besoins sont bien couverts par la quantité d’eau potentiellement récupérable. Si ce n’est pas le cas, il faudra revoir vos besoins à la baisse. Ensuite, vous pouvez déterminer le volume de la cuve en calculant vos besoins journaliers et en prévoyant entre 20 et 30 jours de réserve. Par exemple, si vous estimez vos besoins à 16 000 L par an (ce qui correspond à l’arrosage d’un jardin de 100 m², au lavage d’une voiture cinq fois par an, et à la consommation de la chasse d’eau pour quatre personnes), vos besoins journaliers sont 16 000 / 365 = 44 L. Pour avoir une réserve de 20 jours, il vous devez pouvoir stocker 44 X 20 = 880 L d’eau. Il vous faudra donc choisir un cuve d’au moins 880 L. Vous pouvez ainsi opter pour un récupérateur de 1 000 L, le volume disponible immédiatement supérieur.

Attention, vous devez aussi prendre en compte le nombre de jours de pluie par an. Plus il pleut souvent, plus la cuve a de chances d’être remplie régulièrement. En revanche, si vous vivez dans une région où il pleut rarement, la cuve sera remplie moins fréquemment. Dans ce cas, prévoyez un récupérateur un peu plus grand que vos estimations afin de pouvoir avoir des réserves pendant les périodes sèches. Ainsi, contrairement à ce que l’on pourrait penser, pour une même surface de toit et pour des besoins similaires, les cuves de récupérations doivent être plus grandes au Sud qu’au Nord.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *